Une dernière Lettre à Maman Chérie

Pour une fois le ton du jour sera grave et solennel. Cette parenthèse pour rendre hommage à la femme de ma vie : Maman Chérie. Elle avait 53 ans et a décidé que sa vie devait s’arrêter. Une grande dame qui laissera à jamais son empreinte dans ma vie. Un dernier hommage, une dernière lettre et surtout l’envie de ne jamais oublier et de fixer pour l’éternité son souvenir.

Maman,

Je me suis levée ce matin avec la certitude que la vie n’aurait plus jamais la même saveur. Réaliser, comprendre, analyser et supposer sont autant de verbes qui obsèdent mes pensées. Je ne peux m’y résoudre. Comment accepter cette disparition brutale ? Comment imaginer notre avenir sans toi ?

Tu aimais la vie et pourtant elle n’a pas toujours été si simple. Croqueuse de vie, d’envies et de projets, tu avançais fièrement sans jamais baisser les armes. Tu étais notre repère, à la fois père et mère. Toujours en quête d’horizons nouveaux, vivre à tes côtés était un voyage passionnant. Tu nous as ouvert les yeux sur le monde, appris à toujours être curieux des autres et des beautés que nous offrait la vie. Tu avais le Sud dans ton cœur, alors s’installer en Avignon s’imposa comme une évidence. Et quel fabuleux cadeau de la vie ! Des années de bonheur qui laisseront en nous une trace indélébile. Dans cette vie, tu as su y mettre les meilleurs ingrédients et t’entourer d’une sacrée bande de potes ! Eux aussi se souviendront de ton écoute, tes attentions et des folles soirées gastronomiques que tu aimais tant organiser.

Maman chérie, je me suis levée ce matin avec la promesse de ne jamais oublier. Se souvenir de cette femme extraordinaire que tu étais : ta passion pour ton travail, ton amour pour tes proches, ton infinie tendresse pour ta petite chienne Lulu et ta bonne humeur communicative. Tu ne rêvais pas ta vie, tu la vivais. Personnage charismatique, tu laisseras ton empreinte sur chacun d’entre nous. Je raconterai à ta petite-fille quelle belle personne était sa « mimi ». Lui transmettrais ta force de vivre, tes éclats de rire et ton immense générosité. Lui dire que la « vie est belle » et qu’il faut y croire. Une philosophie qui te caractérise tant…

Ma petite Maman, je me suis levée ce matin avec l’effroyable réalité que tu ne seras plus jamais là. Mais comment te dire adieu puisque tu vis et vivras toujours en moi ? Alors non, pas d’adieux entre nous. Juste une promesse de te garder toujours près de mon cœur. De vivre cette vie rêvée et ne jamais perdre de vue qu’elle est précieuse.

N’oublie jamais Maman, je t’aime…
Clémentine

 

 

10 mars 2010

RELATED POSTS