"C'est beau la vie Maman"

S’arrêter, prendre le temps de sentir le jasmin qui flotte dans l’air au petit matin, regarder le ciel bleu carte postale qui annonce une chaude journée d’été. Dire bonjour à chaque personne que tu croises, parler, rire, s’émerveiller. Et la regarder virevolter dans les rues de notre village, le sourire pleine de dents et ses yeux qui pétillent.  « Oui, c’est beau la vie mon coeur. »

Petite, on ne m’a pas appris à désirer la vie. Maman m’a dit tu seras une femme libre et forte, tu feras de grandes études et tu gagneras beaucoup d’argent. C’était son rêve, pas le mien. Celui d’une mère solo qui n’a pas eu le choix et qui s’est battue pour atteindre son objectif de carrière. Je l’admirais tellement. Et pourtant, je me souviens de cette si grande solitude qu’elle a fait pesé sur mes épaules d’enfant. Quand elle est partie pour toujours, j’ai eu besoin de lui crier que moi aussi je réaliserai mes rêves. J’ai trompé mon chagrin dans le travail. Au risque de me perdre et passer à côté de ma vie. 5 ans plus tard, j’ai stoppé cette course au « more and more ». Il n’était plus question de perdre une seule miette de mon essentiel, cette famille dont j’avais toujours rêvé. Il était là mon rêve.

Neuf années sont passées à toute vitesse, et j’ai l’impression qu’il est temps de dire au revoir aux voeux formulés de Maman. D’assumer mes choix et ne plus chercher de reconnaissance dans le regard des autres. Être libre d’être qui je suis.  Non pas parce que j’ai fait de grandes études ou que je gagne beaucoup d’argent mais parce que j’ai fait un choix. Celui d’une vie riche de sens et de bonheurs simples en famille.

Travailler, vibrer, aimer, rire, partager… Autant de verbes qui sont devenus essentiels à mon équilibre. La tête pleine de projets et le coeur rempli de nos moments ensemble, j’ai créé ma propre case.

Rien n’est parfait dans cette vie. Mais je m’y sens chez moi.

C’est beau la vie Maman…


LE MOT DE LA RÉDACTION

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, vous devriez être séduite aussi par :

CLÉMENTINE MARCHAL, MAMAN IMPARFAITE DE CAMILLE ET JEANNE
CROIRE EN SES RÊVES
LES 39 PREMIÈRES ANNÉES DE MA VIE…
ET SI ON RALLUMAIT LA LUMIÈRE ?
BILLET D’HUMEUR – TOUTES LES FEMMES DE MA VIE
UNE DERNIÈRE LETTRE À MAMAN CHÉRIE


1 juillet 2018

RELATED POSTS

7 Comments

  1. Répondre

    Elise

    29 juin 2018

    ❤️

    • Répondre

      sundaygrenadine

      29 juin 2018

      Toi <3

  2. Répondre

    Amelie Gouttenoire

    29 juin 2018

    J’ai complètement fondu en larmes en lisant cet article Clémentine, c’est très touchant et à la fois rassurant.
    Bravo pour ta lumière, ta générosité, d’où elle est, ta maman doit être très fière de « tes » choix… Merci ❤

    • Répondre

      sundaygrenadine

      29 juin 2018

      Merci Amélie, tes mots me touchent beaucoup car ce témoignage a été écrit avec beaucoup de sincérité et de coeur <3

  3. Répondre

    Anne Martine

    9 juillet 2018

    Un joli article encore clémentine j’ai l’impression de que nos mamans se ressemblent un peu dans l’envie de voir en nous des femmes indépendantes. pour ma part maman n’a jamais fait d’étude elle qui rêvait d’être comptable m’a toujours dit « tu feras des études ma fille » moi qui voulait faire fleuriste … je pense qu’aujourdhui d’où elles nous regardent du ciel ou de la terre elles sont fières 😉

    • Répondre

      sundaygrenadine

      9 juillet 2018

      Merci Anne <3
      Je crois que tu as raison, nos mères nous rêvaient indépendantes et libres. Je pense qu’elles peuvent être rassurées. Fière, j’espère mais je le saurai jamais malheureusement…

  4. Répondre

    anne

    9 juillet 2018

    N’en doute pas 😘❤️

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.